La bienveillance éducative

La bienveillance éducative, ou « parentalité positive », est un nouveau modèle éducatif. Il ne se montre ni autoritaire ni laxiste. Il a pour but de permettre à l’enfant de devenir pleinement responsable de lui même, heureux, confiant en sa propre valeur et en son entourage, en empathie avec les autres.

La bienveillance éducative permet d’accueillir les émotions de son enfant, et les siennes, et de trouver une solution « gagnant-gagnant » (cf les ouvrages deThomas Gordon) où aucun membre de la famille, ni les parents, ni les enfants, ne domine l’autre.

A la place, les parents créent un cadre ferme et rassurant dans lequel les possibilités sont infinies de trouver comment respecter et accueillir les besoins de chacun.

Si grâce à des travaux comme ceux d’Alice Miller*, on peut depuis longtemps réfléchir aux conséquences du mode d’éducation « traditionnel » sur notre société. Les découvertes récentes en neuro-science nous ont permis d’aller encore plus loin, en prouvant scientifiquement les rapports de cause à effet entre l’éducation et le développement de l’enfant.

Par exemple, lorsqu’on répond à un enfant agité et en colère par un comportement calme et apaisant, l’enfant développe une connexion entre la partie « émotionnelle » de son cerveau vers la partie « rationnelle » de son cerveau. A la prochaine colère, cette connexion qui a été créée pourra servir et le cerveau de l’enfant deviendra ainsi capable de se calmer plus vite et seul. On aide littéralement le cerveau à devenir plus mature.

A l’inverse, lorsqu’on répond à un enfant en colère par de la colère, on renforce cette émotion et on encourage son cerveau à continuer de « s’alarmer ».

Grâce au résultat de ces études, nous pouvons maintenant appréhender les besoins de l’enfant autrement et être au plus proche de leur réalité.

Ils apportent également une lumière sur notre propre enfance, et peuvent expliquer nombre de nos comportements actuels de parents tels que :

« j’ai beau me dire que je ne serais jamais comme ma mère, parfois j’ouvre la bouche et j’entends ses paroles »,

« je ne sais pas pourquoi je ne supporte pas les cris de mon enfant, je l’adore, mais je ne peux pas l’entendre pleurer »,

« je n’y peux rien j’ai beau tenter de résister, je cède à tous ses caprices je n’arrive pas à imposer mon autorité » …

Grâce à de nombreux auteurs tels que Catherine Dumonteil-Kremer, Faber&Mazlich, Catherine Gueguen, Thomas Gordon, Haïm Ginott, Aletha Solter, Emily Pickler et tant d’autres, nous pouvons aujourd’hui repenser notre manière d’accompagner l’enfant pour trouver l’harmonie relationnelle entre les parents et les enfants, au sein des fratries, et également en lieu d’accueil (crèche, école).

 

Pour en savoir plus, 7 minutes avec Catherine Gueguen pour comprendre le lien entre parentalité bienveillante et développement cérébral du petit d’Homme.

 

 

*Alice Miller : « C’est pour ton bien, racines de la violence dans l’éducation de l’enfant »

**Crédit photo