La co-dépendance expliquée

« Le principal symptôme lorsque l’on a vécu un traumatisme, c’est le manque de connexion avec nous-mêmes.

Nous avons appris depuis tout-petit à nous déconnecter de nous-mêmes, de nos besoins, de nos réalités dans le but de ressentir ce que nous croyons être de l’amour.

Ce profond sentiment de ne pas être digne d’amour est le résultat de notre adaptation tandis que nous recherchions d’autres personnes pour trouver notre sens de « soi ».

Cela nous laisse en quête permanence d’approbation, de validation, à notre dépend. Le résultat est douloureux, ressentiment, honte et colère.

Le ressentiment, la honte et la colère sont des messagers puissants. Tous des états émotionnels qui, si nous les observons en respirant profondément pour les traverser, nous font découvrir qu’ils servent un objectif important.

Ils sont des réponses à des années (généralement des décénnies) de besoins non comblés.

Des besoins qui comptent.⠀Des besoins que nous méritons de voir comblés. Des besoins dont certains d’entre nous ne sont même pas conscients car ils n’ont pas eu de modèle leur permettant d’apprendre comment demander quelque chose + comment le recevoir de quelqu’un qui est émotionnellement stable. C’est comme cela que nous apprenons à faire pareil.

La co-dépendance commence dans l’enfance à travers des dynamiques familiales qui comprennent :
-Le déni de notre réalité (ex : un parent est ivre/l’autre parent nous dit qu’il ne se sent simplement pas bien)

-Le déni de notre responsabilité émotionnelle (ex : un parent se met en colère + devient violent verbalement puis dit « regarde ce que tu m’as fait faire! »), note : un enfant ne peut pas faire faire quoi que ce soit à un adulte

-La fusion : pas de limites claires, intrusions dans l’intimité (ex : discuter de sujets qui dépassent notre compréhension d’enfant, espionner, ne pas respecter les limites de l’enfant)

-Des parents dans un état d’immaturité émotionnelle (ex : des parents qui sont très réactifs émotionnellement, des parents qui cherchent que leur enfant comblent leurs besoins non comblés, ou qui ne peuvent pas voir du point de vue de l’enfant) »

Dr Nicole LePera,

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*